Page 8 - Amir hors serie Générale de presse Sélectionné
P. 8

au point de me faire oublier Amir.        réseaux. Sincèrement, ça file des frissons
       Sa performance avait été largement sa-    de voir tous les journalistes et people
       luée lors des deux avant-premières à Tel   invités se lever et applaudir sans relâche
       Aviv et Toulouse. Amir avait été qualifié   pendant près d’une minute 30! Amir a
       de magistral.                             salué de nombreuses fois le public, et est
       Après avoir assisté à cette représen-     allé cherché Steve Suissa en coulisses.
       tation, je peux dire qu’il a réussi à me   Après avoir salué ensemble, main dans la
       bluffer. Je n’ai jamais douté de son talent   main, Amir reculait vers les coulisses alors
       ni de son travail plus que minutieux et   que le théâtre résonnait toujours sous les
       acharné. Assurer un seul en scène pen-    applaudissements. Steve Suissa a alors
       dant près d’une heure et demi, tenir une   repoussé Amir vers le devant de la scène,
       histoire aussi chargée, c’est énormément   comme pour l’inviter à profiter pleinement
       de travail certes. Mais incarner littéra-  de cet accueil triomphal mérité. Amir était
       lement Alfred Nakache comme Amir          sincèrement ému et presque gêné. Cette
       le fait, c’est ÊTRE un très bon acteur. À   validation de la part des professionnels
       aucun moment on ne sent le travail dans   était tellement belle à vivre. Quelle fierté
       sa performance tellement c’est naturel,   de voir Amir réaliser son rêve et être
       et c’est là que réside le talent d’acteur.   reconnu comme acteur. Il ne pleure jamais
       Il est Alfred Nakache, et malgré sa       mais là, les yeux étaient bien brillants. Il a
       voix caractéristique qu’on connait si     chaleureusement remercié le public, ému
       bien, on oublie Amir. Il vit chaque mot   et encore applaudi, puis Steve a également
       qu’il prononce, parvient à imposer des    placé quelques mots avant que tous deux
       lourds silences si forts de sens, il nous   rejoignent les coulisses. J’avoue que j’aurai
       embarque dans toutes ses émotions, de     aimé voir ces quelques secondes lors de la
       la colère à la tristesse, la force à la rési-  sortie de scène, avoir la réaction à chaud
       lience. Il y a un cours moment où Amir    d’Amir.
       chante un texte écrit avec Gurvan (un
       passage avait été dévoilé sur les réseaux
       lors de l’avant-première à Tel Aviv). Les
       mots sont très forts, et interviennent à
       un moment particulièrement émouvant
       de la pièce. Gurvan peut être fier de cette
       participation qui contribue à l’intensité
       du moment. Je ne connaissais pas l’his-
       toire intégrale d’Alfred Nakache, et cette
       pièce se révèle enrichissante sur le plan
       humain.
       Amir est impressionnant sur scène.
       Vraiment. Il est émouvant, bouleversant,
       habité. Quand la pièce se termine, on
       a juste envie de dire «ah ouais quand
       même! Respect monsieur Haddad».

       Cette réprésentation s’est conclue sur
       une merveilleuse standing ovation
       comme vous avez pu le voir sur les                 ©GazetteAmir

       8
   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13